Colique du nourrisson

Sommaire

La colique du nourrisson est une douleur abdominale récurrente qui touche jusqu'à 20 % des nourrissons. Elle apparaît habituellement entre la 2e et la 3e semaine de vie et peut durer jusqu'à l'âge de 6 mois, période où elle disparaît systématiquement.

Bon à savoir : le site internet 1000-premiers-jours.fr accompagne les nouveaux parents. Ceux-ci peuvent y trouver les réponses aux questions qu’ils sont susceptibles de se poser durant les 2 premières années de l’enfant, notamment en matière de santé.

Causes de la colique du nourrisson

La colique du nourrisson est attribuée à l'immaturité des fibres nerveuses dans le tube digestif du bébé. Une intolérance aux protéines du lait de vache ou au lactose est parfois en cause. Aucune autre hypothèse n'a été démontrée. Cependant, on soupçonne les bébés ayant été exposés au tabagisme de leur mère pendant la grossesse de présenter deux fois plus de coliques que les autres 25,6 % versus 12,3 %.

Symptômes de la colique du nourrisson

Au moins 3 heures par jour, plutôt après les repas et le soir, et 3 fois par semaine, le bébé :

  • pleure très fort, hurle en se tordant dans tous les sens ;
  • devient tout rouge sous les efforts pour crier ;
  • replie les jambes sur son ventre qui semble ballonné et dur sous les doigts ;
  • s'agite pendant le sommeil ;
  • émet des flatulences.

Ces crises de pleurs intenses inquiètent beaucoup les parents impuissants à calmer leur enfant. Pourtant le nourrisson mange et prend du poids normalement. Dès que la crise est terminée, le nourrisson sourit, gazouille et redevient un bébé détendu.

Examens de la colique du bébé

Aucun examen n'est indispensable quand le médecin ou le pédiatre ont identifié une colique du nourrisson. En cas de doute, quelques examens radiologiques élimineront une malformation encore méconnue, un reflux gastro-oesophagien, une hernie.

Traitement de la colique du nourrisson

Les médicaments allopathiques sont inefficaces. L'homéopathie peut avoir un effet bénéfique modéré.

Bébé allaité au lait maternel

Votre lait est parfait pour votre bébé, ne changez pas d'allaitement. Si votre bébé est nourri au sein, ne présentez à chaque tétée qu'un sein que le nourrisson doit vider complètement. Évitez les boissons gazeuses, l'alcool et les aliments qui peuvent altérer le goût du lait maternel tels les choux.

Lire l'article

Bébé nourri au lait artificiel

Diminuez le volume des biberons et augmentez leur nombre : cela fonctionne parfois.

Respectez bien les proportions : une cuillère rase de poudre pour 30 g d'eau.

Donnez le biberon lentement, sans précipitation et dans une atmosphère calme : pas de musique ou de télévision trop forte.

Ne changez de lait qu'après avis de votre médecin ou de votre pédiatre.

Après la tétée

Vous pouvez :

  • coucher votre bébé à plat ventre sur vos genoux et lui masser le dos ;
  • caresser ou masser doucement le ventre de votre bébé couché dans une chambre silencieuse et sombre ;
  • poser une bouillotte pas trop chaude sur son ventre ou lui donner un bain chaud ;
  • lui laisser une tétine à sucer ;
  • le tenir bien droit contre vous, sa tête sur votre épaule, en marchant lentement.

Ne secouez jamais votre bébé, même si ses hurlements vous exaspèrent.

Inutile de tenter une diversification précoce, remplaçant le lait par des aliments, pour un bébé dont le tube digestif est probablement immature.

Ces pros peuvent vous aider